Guillaume PERRET DU CRAY, directeur supply chain chez FEED. Interview

Dans une carrière de recruteur il y a des personnalités qui vous marquent parfois plus que d’autres. Avec Guillaume nous nous sommes rencontrés voici quelques années. Cet entretien n’avait pas été concluant mais nous avons gardé le contact. Il aura fallu 18 mois pour que je lui trouve un poste de chef de projet supply chain. Guillaume c’est le gars brillant et sympa, celui dont vous êtes sur qu’il va réussir. Une chouette rencontre. Voici l’interview de Guillaume PERRET DU CRAY, directeur supply chain chez FEED.

directeur supply chain feed guillaume perret du cray
Guillaume Perret du Cray – Directeur supply chain chez FEED

Bonjour Guillaume, peux-tu te présenter ?

Bonjour Yann, bien sûr !

Un poil plus que la trentaine, cela fait maintenant presque 10 ans (!) que j’ai découvert les métiers de la Supply Chain, à travers un stage au départ.

De formation ingénieur, je me suis ensuite spécialisé en école et j’ai mis le doigt dans l’engrenage de la Supply dès ma sortie d’école, en France et en Europe, dans des grandes entreprises et des plus petites.

Je suis maintenant Directeur Supply chain chez Feed depuis 2 ans.

Pourquoi avoir choisi de travailler dans la supply chain ?

Je trouve que c’est un bon compromis entre business (on travaille souvent avec le marketing et les commerciaux) et technique (production, transport) et ça me correspond bien. C’est également souvent un milieu international et où la débrouillardise, les relations sont de rigueur…et la rigueur de rigueur aussi !

Bref, ça coche plusieurs cases de mes centres d’intérêt et de mes forces.

Quel impact penses-tu que ton diplôme a sur ton quotidien ?

J’ai un double diplôme Ingénieur et IAE, plus business, et ça répond donc très bien à ce que je viens de te présenter.

La Supply est assez vaste en métiers pour que tout le monde puisse trouver son bonheur, je ne pense pas qu’il y ait de « parcours type » ou de profil type. Encore une fois, souvent, la débrouillardise est la première qualité recherchée. Et ça s’apprend partout.

Mon parcours m’a surtout appris à jongler avec les chiffres, à résoudre des problèmes complexes et à développer un esprit critique. Ce sont 3 aspects dont je me sers au quotidien, bien plus en tout cas que de discuter autour d’une série de Riemann ! 

Est-ce une formation que tu recommandes pour travailler dans la supply chain ?

Oui bien sûr !

Les métiers de la Supply sont accessibles à travers plusieurs formations et ça en fait une vraie richesse des profils et des talents : ingénieurs, commerce, BTS, DUT, études universitaires. Le savoir-être et le savoir-faire comptent plus que les études ou les diplômes dans ce milieu 😊

La supply chain est une fonction qui prend une importance grandissante dans l’entreprise, quelle est ta vision à ce sujet ?

Nous l’avons vu pendant le confinement récemment : il y a eu les héros de la santé et les héros plus discrets qui ont assurés notre quotidien. L’ensemble de la chaîne logistique en fait partie, depuis l’approvisionnement des matières et des packs dans les usines aux caisses des supermarchés, en passant par la production, le transport, la préparation de commandes, et toutes les fonctions support.
Avoir une idée d’un produit et des clients, c’est bien. Savoir leur distribuer au bon moment, c’est indispensable pour satisfaire le client et donc pour l’entreprise.

logo feed directeur supply chain guillaume perret du cray

Si l’on rajoute à cela l’impact positif que peut avoir la supply chain sur la santé financière d’une entreprise (CA, BFR, marge), et également sur leur empreinte environnementale (notamment à travers le sourcing, la production ou le transport), on comprend que la Supply est un bon levier d’optimisation des coûts, en plus d’être le garant du succès opérationnel d’une entreprise, en contribuant à relever les défis qui nous attendent aujourd’hui.

Soyons réaliste : le monde va en s’accélérant, les flux en se complexifiant, l’offre est de plus en plus vaste, la demande de plus en plus exigeante. Je ne dis pas que c’est une bonne chose. Mais c’est la réalité. Il faut pouvoir tirer de la valeur avec toutes ces variantes. C’est en cela que, pour moi, la Supply a encore de beaux jours devant elle et deviendra de plus en plus au cœur des décisions d’entreprises mais aussi politique.

Peux-tu nous décrire ton quotidien comme supply chain director chez Feed ?

C’est très classique à dire mais tellement vrai : aucune journée ne se ressemble ! J’aime bien dire qu’être Directeur Supply Chain c’est surtout être « Shit Solver Director ». Une journée sans problème ou sans situation inextricable à résoudre est une journée d’ennui en supply chain.

J’aime bien toujours garder une partie opérationnelle dans mes journées (analyse de KPI, trouver une solution en transport ou en production, suivre un plan d’actions) pour rester proche du business et de mes équipes. Une autre partie de ma journée est consacrée aux projets plus long terme ou plus stratégiques : veille d’outils IT, réfléchir à un nouveau flux, comment ouvrir un nouveau pays, comment négocier tel contrat, faire une présentation pour les VCs, etc

Il n’existe pas de règle sur l’organisation d’une journée type. C’est une vérité générale dans de plus en plus de métiers, c’est encore plus vrai en start up.

Tu as travaillé dans un grand groupe et en start’up, notes tu des différences et/ou des points de convergence ?

Des différences avant tout !

Entre Unilever, vente-privée et Feed., le chemin de décision est complétement différent, évidemment beaucoup plus rapide chez Feed. avec une liberté de faire (et de se tromper) bien plus grande qu’ailleurs…à condition que ça marche.

La notion de risque et d’appartenance à la boite est aussi différente, moins de liberté c’est aussi parfois plus de sécurité !

Il ne faut pas blâmer les grands groupes non plus, ils apportent une très belle formation complémentaire : ce vers quoi il faut tendre pour contrôler des supply chains complexes, où sont engagées beaucoup de coûts. J’y ai appris aussi la rigueur et beaucoup de notions que je peux maintenant retranscrire chez Feed.

Quel conseil peux-tu donner à des étudiants en fin de cursus scolaire et qui souhaitent travailler dans la supply chain ?

Deux choses très simples mais que peu de personnes font ou sont capables de faire : soyez curieux et osez !

Il existe beaucoup de podcasts/flux RSS/salon/évènements dans le domaine de la Supply et il est très important de se tenir au courant de ce qui se passe, des tendances, des partenariats qui se créent, des acteurs. Cela va au-delà du « simple » réseau. Vous devez être un crack de la Supply et être reconnu(e) comme tel(le). Partagez vos connaissances, vos réflexions.

Osez rencontrer des personnes, leur proposer d’échanger, leur poser des questions, prendre des avis, donner le vôtre, participer à des groupes de réflexion. Certains vont ignorer vos demandes, d’autres seront ravis de vous aider. Pas de place pour les conversations de bistrot, soyez efficaces, intéressé(e)s et intéressant(e)s.

Ce sont des métiers passionnant mais exigeant.

Découvrez d’autres interviews et de nombreux articles sur notre blog

Publié le 28 septembre 2020


1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *