Baptiste ARQUILLIERE – Interview collaborateur

Baptiste Arquillière nous a rejoints il y a quelques mois pour accompagner la croissance du cabinet de recrutement à Toulouse. Disposant d’un passé d’athlète de haut niveau, nous sommes convaincus que Baptiste Arquillière sera un atout pour AMALO dans les années à venir. Voici son interview 👇

baptiste arquillière
Baptiste ARQUILLIERE – Consultant en recrutement à Toulouse

Peux-tu te présenter et expliquer ton parcours ?

Je m’appelle Baptiste Arquillière et j’ai 23 ans. J’ai démarré mes études avec BAC STMG option Comptabilité. J’ai poursuivi avec un BUT GEA mais ça ne s’est pas bien passé donc je me suis réorienté vers BTS comptabilité puisque c’était ma formation de base et parce que je souhaitais faire de l’audit. Finalement, la comptabilité ne me plaisait pas donc j’ai validé mon BTS et je suis parti travailler dans le recrutement en intégrant l’école de commerce ESG à Labège à côté de Toulouse.

J’ai donc intégré un cabinet de recrutement s’appelait Talents RH en alternance en tant que chargé de recrutement pour mon année de Bachelor. J’intervenais sur les métiers de l’expertise comptable. Ensuite ils m’ont proposé de poursuivre mon alternance encore 2 ans pour le master que j’ai accepté mais finalement, nous avons décidé de rompre le contrat. J’ai donc intégré AMALO au mois d’avril 2022 en tant que consultant en recrutement.

Pourquoi avoir choisi de t’orienter vers le monde du recrutement ?

Cela remonte à mon année de BUT. Nous avions un stage à réaliser à la fin de l’année et j’ai eu le choix de faire un stage en comptabilité ou autre. Comme je connaissais déjà ce milieu, j’ai eu envie de faire un métier que je ne connaissais pas, notamment le recrutement. J’ai donc réalisé un stage chez Supplay, une agence d’intérim à Muret. J’ai pris beaucoup de plaisir à découvrir ce métier, j’ai retravaillé un peu pour eux à l’issue de mon stage puisque l’expérience avait été réussie des deux côtés.

Pourquoi avoir choisi de rejoindre AMALO ?

Tout d’abord, avant d’envisager de quitter mon ancienne alternance, j’avais Charlotte CHAPEL dans mes contacts LinkedIn et je voyais ses posts, les nouvelles d’AMALO etc. Lorsque j’étais en recherche d’une nouvelle alternance, j’avais vu une offre d’AMALO à laquelle j’ai postulé.

Ce qui m’a attiré avant de connaître tous les process et la manière de travailler c’est surtout le fait que cela sortait de ce que j’avais pu faire auparavant. Je recrutais sur le domaine de l’expertise comptable et comme je n’évoluais pas, je voulais me challenger vers des métiers techniques et d’autres secteurs d’activité.

Découvrez quel est le 👉 salaire d’un technicien de maintenance

À quoi ressemble une journée type ?

Je pense que dans le recrutement, il n’y a pas de journée type. Bien sûr le premier reflex reste de prendre son café et de checker ses mails et ensuite, en fonction des entretiens que tu as programmé dans la journée si c’est tôt le matin ou plus tard. Si tu dois aller sourcer, faire des contres rendus aux clients etc, c’est assez variable. Je pense qu’il n’y a vraiment de journée type mais de semaine à la limite.

Qu’est-ce qui t’anime dans ton métier ?

C’est le fait de se sentir utile car ce n’est pas anodin d’aider une personne à trouver un travail qu’il/elle va potentiellement garder plusieurs années. Il y a également ce petit goût de challenge. C’est challengeant… Nous ne sommes pas des commerciaux mais il y a un objectif de chiffre d’affaires qui rajoute un challenge et cet aspect me stimule également. Mais sincèrement aider les gens à s’épanouir dans leur vie professionnelle est le premier moteur de mon métier.

Quelles sont tes ambitions d’évolution et tes prochains défis professionnels ?

À court terme, ce serait de réussir à être opérationnel très rapidement, connaître au maximum les métiers sur lesquels j’interviens, maîtriser le langage technique et les métiers au mieux. À plus ou moyen terme, ce serait de valider mon master. Et par la suite une potentielle embauche chez Amalo.

Ton meilleur souvenir de recruteur ?

Mon 1er entretien chez Amalo que j’ai réalisé à Charlotte. J’ai décidé de l’envoyer à notre client et il s’avère qu’ils se sont très bien entendus et ont décidé de se rencontrer une seconde fois pour une potentielle intégration. Alors ce n’est pas un excellent souvenir mais, pour mon 1er CV c’était assez valorisant. C’est peut-être la chance du débutant mais je me suis dit que c’était un signe. C’est un CV que j’avais source moi-même, que les consultants Amalo m’ont validé donc, j’étais assez satisfait.

Sinon au sein de ma précédente alternance, c’est l’instant où j’ai commencé un binôme avec Marie, qui est elle aussi désormais chez Amalo… On travaillait en binôme, je m’occupais de la partie ressources humaines avec les candidats et Marie s’occupait de la partie client.

Un conseil pour les candidats qui vont te rencontrer ?

Qu’ils viennent avec le sourire. Cela reste un échange professionnel, donc un entretien mais le sourire est un bon brise-glace. Mais aussi de se livrer au maximum car je ne suis pas là pour les piéger simplement pour leur apporter mon aide. Mon objectif c’est qu’il passe un bon moment.

cabinet de recrutement à toulouse

Ton dernier fou rire ?

Peut-être à l’école, avec mes amis. Je suis une personne qui rit beaucoup, on rit de tout. Mais honnêtement le fou rire c’est presque une histoire de tous les jours !

L’animal qui te représente le mieux ?

Le loup. Je dirais le loup pour plusieurs raisons. Premièrement c’est un animal assez futé, qui sait attaquer quand il le faut, mais aussi se protéger et protéger les autres.

La qualité que tu aurais aimé avoir ?

Peut-être plus d’empathie. Alors c’est large mais quand ça ne me touche pas directement ou quand ça ne touche pas des personnes proches de moi, cela me passe un peu au-dessus. Je ne me considère pas comme une éponge. Et parfois, je manque d’empathie avec les gens proches de moi.

Toutefois, c’est assez paradoxal mais j’arrive à faire la part des choses dans mon travail. On voit tellement de personnes différentes avec des vies différentes que tu dois faire preuve d’empathie. Mais il faut tout de même jauger car tu ne peux pas t’impliquer personnellement avec chaque candidat, sinon tu ne t’en sors pas. Il faut réussir à jauger entre les deux pour respecter les objectifs et les impératifs de recruteur.

Le défaut que tu regrettes d’avoir ?

J’ai hésité entre têtu et rigide. Mais pourquoi rigide car je suis assez exigeant avec moi-même et les autres. Et têtu, car lorsque j’ai une idée en tête, je la prône et je vais jusqu’au bout.

Le meilleur moment de ta journée ?

Je dirais le matin avec une tasse de café. Ou alors le soir, après le travail, aller boire un verre entre ami. Mais j’aime aussi les entraînements de rugby car on ne parle pas travail, pas famille c’est vraiment décompressant pour moi.

Le plus bel endroit du monde ?

Pour faire plaisir à Yann NABUSSET, je dirais l’île de Chausey. Mais après c’est plutôt un coin de chez moi mais j’aime le côté du Pays basque/espagnol. C’est la nature, c’est sauvage, l’océan, les grandes plages etc., c’est exceptionnel !

Qu’est-ce qui te fait rager le plus ?

Quand le stade toulousain joue mal ! J’ai tendance à être un peu un commentateur du canapé, enfin un entraîneur du canapé.

Une chose à savoir avant de te rencontrer ?

Il ne faut pas se prendre la tête, rester cool et surtout, avoir de l’humour. 3 éléments clés ahaha.

Vous cherchez une offre d’emploi ? Consultez toutes nos offres d’emploi

Publié le 10 octobre 2022