Chasseur de têtes : qu’est-ce qu’un chasseur de tête ?

Le terme chasseur de têtes est un terme appliqué au monde du recrutement. Bien que beaucoup de recruteurs se revendiquent chasseurs de têtes bien peu le sont en réalité. Voici tout ce qu’il faut savoir sur les chasseurs de têtes. C’est parti.

Qu’est-ce qu’un chasseur de têtes ?

Que veut dire chasseur de têtes / définition

Un chasseur de têtes (en anglais, head hunter) est littéralement quelqu’un qui part à la chasse de « têtes ». Pas de panique on ne parle pas ici de chasse à l’homme au sens propre du terme, mais bien de la chasse des meilleurs candidats sur le marché de l’emploi.
Lorsqu’une personne est très qualifiée et impressionne par son intelligence on dit bien souvent que cette personne est “une tête”. De plus, les personnes hautement placées dans la hiérarchie d’une organisation sont dites « à la tête d’un(e) entreprise, service, parti… ». Souvent affilié au recrutement de ce type de profils, voici pourquoi le chasseur de têtes est appelé ainsi.

Professionnel du recrutement, expert sur un domaine voire un métier, et doté d’un tempérament commercial certain, le chasseur de têtes démarche et convainc des “candidats” de travailler pour son client.

La chasse de têtes est bien souvent une activité prestée. En effet, le chasseur de têtes est mandaté par une entreprise en quête de talents pour occuper un poste à haute responsabilité ou qui requiers de compétences techniques très pointue et rares.

C’est quoi un chasseur de têtes

Il existe une grande quantité de prestataires de recrutement sur le marché français qui proposent tous des services plus ou moins similaires, mais alors comment faire la différence entre tous et surtout comment choisir son prestataire. Cabinet de chasse ou cabinet de recrutement, qui choisir ? Plusieurs paramètres permettent de faire la différence entre ces deux types de prestataires, en voici quelques uns.

– Le niveau de service proposé et attendu est beaucoup plus complet dans les cabinets de chasse qui proposent un réel accompagnement sur le long terme contrairement au cabinet de recrutement qui peuvent parfois finaliser un recrutement en seulement quelques jours.

– L’expérience du chasseur de têtes dans le recrutement d’un certain type de profil. Bien souvent les chasseurs de têtes ont réalisé au préalable différentes missions de recrutement dans d’autres sociétés plus généralistes et ont décidé de se spécialiser sur une typologie de métier. Experts dans leur domaine, ils assurent une garantie à leurs clients en termes de connaissance du marché et des meilleurs canaux de sourcing pour trouver rapidement le meilleur candidat, ils disposent également d’un vivier de candidats potentiels bien fournit, de gestion de la relation avec ces profils et de pertinence des profils sélectionnés (peu de candidats proposés mais des candidats qui correspondent à 100% à la requête du client).

– Le modèle économique et donc les tarifs pratiqués sont également radicalement différents. Un point commun survient tout de même, l’un et l’autre se rémunèrent au résultat. Là où un cabinet de recrutement va proposer une tarification à 15–23% de la rémunération annuelle du profil, un cabinet de chasse tablera plus sur une tarification entre 25% et 30%. Ce montant n’est pas forcément dû en une fois. Les chasseurs sont de plus en plus enclins à fractionner ce montant, par des facturations intermédiaires selon les avancées de la démarche (à la commande, à la présentation de profils, à la signature). De plus, afin de sécuriser son investissement dans la démarche de recherche, il arrive de plus en plus régulièrement que le cabinet de chasse sollicite et obtienne un mandat d’exclusivité sur le recrutement du profil.

Comment fonctionnent les chasseurs de têtes ?

Comme expliqué plus haut, les postes à pourvoir sont la plupart du temps ceux de dirigeants, de cadres ou de profils techniques spécifiques dans des secteurs particuliers. La « chasse » se fait donc grâce à une dynamique très précise, en prenant comme point de départ et référence de recherche, l’entreprise qui recrute et son secteur d’activité. Le chasseur de têtes analyse l’écosystème de l’entreprise mandaté, afin de trouver une personne sur un poste similaire dans une entreprise similaire. Cela garantit alors une parfaite adéquation du profil avec les compétences recherchées par le client.

Les chasseurs de têtes doivent travailler dans l’ombre afin de ne pas ébruiter les changements et informations confidentielles qui concernent l’entreprise client en est malheureusement leurs cibles en font de même, ce qui rend leur tâche plus difficile et leur poste encore plus stratégique. Ils vont parfois chercher des candidats dans des entreprises concurrentes ou analogues. Bien souvent les personnes ne recherchent pas d’emploi et ne sont donc pas visibles sur les réseaux. Il faut donc, au chasseur de têtes, redoubler d’effort, de ruse et de stratégie (notamment de force de persuasion) pour atteindre sa cible et la convaincre (même pour les moins intéressés) .

chasseur de têtes
Pour être un bon chasseur de tête il faut être à l’aise en communication

Être chasseur de têtes nécessite de la discrétion tout en ayant une certaine notoriété pour pouvoir approcher ces cibles lors de la prospection. Un métier qui joue sur le secret et la confidentialité puisque les postes comme les candidats sont cachés.

Doté d’une méthodologie beaucoup plus proactive qu’un consultant en recrutement classique, le chasseur de têtes n’attend pas que les candidats viennent à lui en postulant aux annonces postées sur les sites d’emploi mais, au contraire, prend les devants pour les « chasser ». Ainsi, il travaille généralement avec des approches directes pour établir le premier contact avec les candidats ciblés. Participation à des congrès ou des salons professionnels, approche en ligne au travers des réseaux sociaux professionnels comme LinkedIn, au travers de bases de données, grâce à son carnet d’adresse, les possibilités sont diverses.

Une fois son exercice de « chasse » accompli, il présente les candidats sélectionnés à l’entreprise.

Les étapes de recrutement d’un chasseur de têtes se résument à :

– Définir avec précision le poste et le profil recherché de l’entreprise cliente

– Repérer les talents sur le marché

– Contacter les éventuelles recrues (certains profils particulièrement attractifs sont très sollicités. Il faut donc impérativement réfléchir à une approche spécifique et rédiger un message concis, clair et percutant pour les interpeller)

– Mettre en relation l’entreprise mandatrice et le(s) candidats

– Suivre le processus de recrutement chez le client

– Assurer un lien et une continuité relationnelle durant l’intégration ainsi que la période d’essai du candidat sélectionné

Pourquoi faire appel à un chasseur de têtes ?

Une entreprise fait généralement appel à un chasseur de têtes quand elle :

  • a mené une première phase de recrutement infructueuse;
  • a besoin de conseils stratégiques;
  • vise des candidats en pénurie sur le marché;
  • sait que la situation rend le recrutement compliqué (par exemple la situation géographique ou la spécificité du projet)

Le chasseur de têtes a pour mission d’aider son entreprise cliente à trouver le candidat parfait, et d’aider des candidats à trouver un emploi (comme c’est plus souvent le cas dans des agences de recrutement ou des sociétés d’intérim). Il intervient alors sur des recrutements spécifiques, ponctuellement et généralement, pour des profils de haut niveau, à forte responsabilité ou à forte valeur ajoutée pour l’entreprise.

Les principaux avantages de faire appel à un chasseur de têtes pour une entreprise sont l’usage de l’expertise d’un professionnel du métier, un gain de temps et d’argent important, fait bénéficier d’une prise de recul pas toujours évidente en interne quant aux besoins réels de l’entreprise, permet de garder son anonymat (sur son marché, vis-à-vis de ses clients, concurrents, fournisseurs, etc…).

Comment se faire connaître des chasseurs de têtes ?

Comment entrer en contact avec un chasseur de têtes ?

Même si les chasseurs de têtes ont leurs propres techniques pour approcher leurs candidats cibles, il vous est également possible, en tant que potentiel candidat, d’autant plus si vous êtes ouverts à de nouveaux challenges, de vous mettre en avant vis-à-vis de ceux-ci afin d’être repéré de t’obtenir la promotion ou le poste de vos rêves. Alors voici quelques conseils pour cibler vos interlocuteurs, éveiller leur intérêt et construire avec eux un rapport de confiance.

Multipliez vos chances

Il ne suffit pas d’envoyer un CV à un chasseur de têtes pour l’intéresser et nouer un contact. Il vous faudra premièrement prendre contact avec des cabinets cibles (pas plus de 30 maximum en recherche active et 10 en veille) selon le type de poste que vous visez et votre niveau de rémunération. Ne pas se focaliser sur les mastodontes généralistes mais préférer des cabinets à taille humaine de qui vous êtes quasiment sûr du sérieux et de l’implication dans le processus ainsi que de l’importance donnée à un suivi personnalisé des clients et candidats.

Montrez-vous, mettez-vous en avant
Un cabinet de taille moyenne reçoit en moyenne une centaine de candidatures par jour. Pour sortir du lot, vous devez donc taper dans le mille. Adressez systématiquement vos e-mails de candidature au consultant en charge de votre secteur d’activité et non au légendaire « contact@… ». Précisez dans l’objet du mail le type de poste pour lequel vous postulez. Préférez une formulation du type :« Candidature directeur supply chain » ou « Parcours Camille Moulin ».

Dans le corps de votre mail allez à l’essentiel et rentrez vite dans le vif du sujet. Évoquez en quelques lignes les fonctions que vous avez occupées et celles auxquelles vous vous destinez. Utilisez un discours direct et des verbes d’action (par exemple « J’ai lancé », « J’ai mené »). Mettez en avant les faits marquants de votre parcours, vos réussites (augmentation du chiffre d’affaires d’un département par exemple ou développement et mise en place d’un système d’information intégral dans une société de renom) et les clés de votre profil (carrière dans un grand groupe ou dans des PME, manager ou expert, etc.). Exposez clairement la nature de votre démarche (recherche active ou prospective). En revanche, abstenez-vous de dire que vous disponible immédiatement ou prêt à changer rapidement de poste, il faut vous faire désirer pour vous apporter de la valeur aux yeux du chasseur de têtes.

Faites jouer vos bons contacts professionnels.

qu'est-ce qu'un chasseur de tête
Chasseur de tête

Conseils pour être visible aux yeux des chasseurs de têtes

En recherche active ou simplement à l’écoute du marché, il est toujours intéressant de se rendre visible aux yeux des chasseurs de têtes. Voici quelques conseils sur comment mettre en valeur son profil pour attirer les professionnels du recrutement.

– Optimisez votre profil LinkedIn

Les chasseurs de têtes se servent beaucoup de LinkedIn pour trouver des profils intéressants. Pour cela, ils effectuent notamment des recherches par mots-clés. Voyez donc l’importance de soigner le contenu de votre profil en y faisant figurer les mots-clés en lien avec le poste que vous convoitez.

– Soignez votre présentation

Structurez votre contenu, chassez les fautes d’orthographe, soignez les tournures de phrases et faites le choix d’une photo professionnelle à placer sur votre CV et sur vos profils de réseaux sociaux professionnels.

– Soyez actif, faites-vous remarquer

Partagez des articles, des informations ou des faits d’actualité intéressants (en rapport avec votre secteur d’activité ou votre branche métier), aimez, commentez et partagez les contenus que d’autres publient. Cela permet de développer votre visibilité, vous faire monter dans les résultats de recherche et vous rendre crédible vis-à-vis des chasseurs de têtes. De même, ajoutez à votre réseau des personnes qui peuvent vous être utiles professionnellement. Soyez audacieux !

– Soyez précis

Les chasseurs de têtes sont mandatés pour trouver un expert passionné par son travail. De votre côté, définissez précisément vos objectifs : le poste que vous visez, le secteur d’activité, le type d’entreprise. Par la suite dans votre présentation, faites en sorte de montrer une cohérence de votre parcours avec ces objectifs, quitte à laisser de côté certaines de vos expériences professionnelles pour mettre en lumière d’autres.

– Multipliez les points de contact

Incontournable, LinkedIn est le principal réseau professionnel sur lequel vous devez être présent. Soyez également présents sur les Cvthèques les plus importantes et les plus reconnues dans votre secteur (les chasseurs de têtes y ont souvent recours pour chercher des profils spécifiques).

– Valorisez vos expériences personnelles

Vos expériences personnelles en lien avec votre métier sont des atouts, mettez-les en avant ! Cela montre que vous êtes un vrai passionné.

D’autres expériences comme, un engagement associatif, le fait d’avoir couru un marathon ou remporté une compétition sportive, apportent également des informations sur votre personnalité et sont très valorisantes.

– Gardez le contact avec vos anciens recruteurs

Vos anciens recruteurs peuvent être des atouts précieux tout au long de votre carrière. En gardant contact avec eux, vous augmentez vos chances qu’ils vous recommandent auprès d’autres recruteurs ou qu’ils vous recontactent s’ils ont eu opportunité sérieuse d’emploi à pourvoir.

Comment devenir chasseur de têtes ?

Voici quelques formations intéressantes pour s’orienter vers le métier de chasseur de têtes.

– Diplôme d’école de commerce

– Diplôme d’IEP

– Master gestion des ressources humaines

– Master en sociologie

– Un master en sciences sociales

– MBA en management

– Master en psychologie

– Master technique en rapport avec le secteur d’activité de consulting

À noter, que certains chasseurs de têtes exercent sans formation spécifique sur le métier. En effet, grâce à leurs fortes expériences en entreprise, ils acquièrent une parfaite connaissance d’un métier ou d’un secteur d’activité et peuvent ainsi se présenter comme expert. Une formation complémentaire en entreprise ou grâce au compte professionnel de formation (CPF) leur permettra de se former aux techniques de recrutement.

Évolutions

Dans un cabinet, le chasseur de têtes commence par chargé de recherche junior, puis senior, et évolue au fil des années vers un poste de consultant puis de partenaire.

Il est également possible d’exercer son métier au sein de grand groupe et d’évoluer notamment sur des fonctions de DRH, RRH, responsable sourcing, responsable recrutement mobilité.

Vous cherchez un chasseur de tête ? Nous pouvons peut-être vous aider ! Contactez-nous

Publié le 28 octobre 2021